il était en vol 
une perruche si fière
heureuse et frivole
qu’elle ne voulait pas
poser plus d’une fois
ses ailes sur le bord
d’une fenêtre ouverte
sur sa propre perte
être apprivoisée
bien trop près du bord
car l’autre côté
la faisait trembler
elle volait plutôt
comme certains écrivent
sans ponctuation
ni point à la ligne
sans même réfléchir
à l’inspiration
mais au gré du vent
et souvent la chance
l’amenait ainsi
dans divers espaces
vers d’autres espèces
pour se mélanger 
aux colombes de paix

Photo : Pablo Picasso, « La colombe de la paix », 1949.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s