un pont entre deux terres

une suspension 

au carrefour d’un entre-mille-chemins

quel chaos 

aucune chance 

d’emprunter le sien

sauf 

infinitésimale

probabilité intime

il était trois fois rien

que de cette terre-ci celle-là devienne

son autre

comme ça

en mouvement comme

en quête l’une de l’autre 

laissant le cosmos

à son immensité

pour se satisfaire du langage

sans autre voix

de passage

que la langue

l’autre terre

fascinée par la fantaisie

de l’une

fantasmant

le pont

Photo : Joan Miró, « Cheveu poursuivi par deux planètes », 1968. (Le titre est écrit par Miró en français au dos de la toile.)

7 réflexions sur “Gedicht #54

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s