Fürchtet euch vor der falschen Feindlichenkeit des feineren Freundes. Vieles leitet trotz Zorn und Dorn in die ewige Liebe.

Fürchtet euch vor dem zottigen Zorn des völlig zerstörten Zölibatsmensch. Seine Liebe bildet die Zelle einer verewigten Lust.

Fürchtet euch, oder fürchtet euch nicht. Denn ewig zu lieben ist allein Kunst der lustigen Luft.

3 réflexions sur “Gedicht #16

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s