C’est un mercredi et j’ai décidé de ne pas aller à la chorale pour courir avant le 20km de Bruxelles, je n’étais pas prévue sur cette course qui s’annonce aussi festive que sportive. Tant pis pour le manque d’entraînement et la fatigue dont je commence à récupérer, c’est l’occasion de chausser mes baskets à nouveau après avoir tout misé sur la nage et le vélo. Comme par un fait exprès, au moment où je vérifie le chrono plutôt médiocre de ma sortie, je reçois une notification qui me rappelle mon temps sur la même distance un an auparavant, au jour et à la distance près, le même temps exactement et alors que je me considérais en forme. Les sensations évoluent, la perception de l’effort aussi, je sens nettement mes bronches encombrées encore et mon souffle court, je n’envisageais pas de courir plus vite que cela. L’année dernière à la même époque, je ne portais pas de semelle et je n’avais pas rejoins de club de course ni pris conscience de la zone d’inconfort infinie dans laquelle je me trouvais. Je n’étais pas capable non plus d’aller dans le rouge, je n’en suis toujours pas capable ce jour. Mais je fais la différence entre une moyenne et une meilleure performance, selon mon état. Et il se trouve que j’ai couru le 20km de Bruxelles dans le même temps, à la seconde près, que le 20km de Paris au mois d’octobre dernier et à un mois du marathon d’Athènes, à la différence que je l’ai couru cette fois un mois après le marathon de Paris, en mode récupération. A six mois près, je peux comparer les sensations et le confort, sans forcer j’étais bien plus à l’aise parce que la douleur au niveau du bassin a disparu et l’appréhension aussi d’avoir encore mal. Le 20km de Bruxelles, dont le départ est donné par sa majesté le roi de Belgique en personne et sous la pluie comme le veut la tradition météo dans ce pays, il se trouve que la bruine cesse dès le moment où le premier sas s’élance pour laisser place à un ciel presque bleu et agréable. Autre hasard décidément, nous arrivons le jour de la Gay Pride de Bruxelles, un événement davantage politisé et aux couleurs de l’Europe, toute la Belgique se trouve sous l’arc-en-ciel. Nous fêtons cela avec mes trois camarades du club en buvant un verre dans l’un des cafés très animés de l’artère principale qu’a traversé la Gay Pride. Par prudence, je commande un demi parce qu’il ne faudrait pas abuser des bonnes choses la veille d’une course, le serveur m’amène un demi-litre de bière comme l’exige ma commande en Belgique, me voici avisée. Les 40000 coureurs attendus dans le parc du Cinquantenaire sont arrivés très tôt pour rejoindre les sas une heure avant le départ donné à dix heures par vagues successives, le Boléro de Ravel résonne dans tout le parc entre les dernières gouttes et l’échauffement, magique. Puis le départ du premier sas se fait alors que retentit l’Hymne à la Joie, j’ai des frissons d’émotion tandis que le ciel commence à se dégager et s’éclaircir au-dessus de nous. Les bruxellois sont venus nombreux nous encourager, les cyclistes aussi qui nous attendent dans le virage au 7e kilomètre, tous habillés en jaune pour célébrer le départ de la première étape du Tour de France en Belgique, des roues de vélos forment des guirlandes sur le trajet. Le parcours est plutôt plat, voire très plat, sinon les fameux tunnels dès les premiers kilomètres en guise de mise en condition, le reste du tracé est particulièrement roulant et il n’y a pas de vent, je me régale du début à la fin sans aucune douleur et le sourire aux lèvres, je prends un plaisir fou à courir cette course sans enjeu aucun sinon celle de fêter son arrivée. Le 17e kilomètre met une éternité à s’afficher, normal je suis au 18e, déjà au loin se dresse l’arche visible droit devant après une dernière descente. Je suis dans la course, mieux que jamais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s