oh
une dernière chose avant de prendre la route
et t’entraîner dans mes pensées par les sentiers
pour nous trouver un endroit à l’abris d’ici
où tout serait permis
où tu serais promise

j’ai pour Pénélope tout autant d’admiration
que pour l’âme conquérante partie à l’aventure
la patience plus que l’épée me semble être une arme
pour déjouer l’impossibilité
braver l’éternité

le vent se lève enfin comme par un fait exprès
je ne fais qu’imaginer suivre l’intuition
du moment présent faire qu’aussi il dure toujours
à la source de toute poésie
un seul verbe pour dire

et je me rends compte que je n’ai encore rien dit
tout reste à faire la pierre est en bas du talus
à gravir la montagne je me suis préparée
sans savoir ce qui m'attend au sommet
pourvu que tu m'y suives

2 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #106

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s