Marseille

martial le ciel

ce bleu au garde à vous dès l’arrivée

pas de mistral l’envie me prend

comme une idée la destination

partout dehors tes mots débordent

le mystère de ta brume la brûlure des paysages à ton réveil

la montagne enneigée de ne pas te réchauffer les pinèdes rieuses le palmier et la mer

ce bleu partout me parle d’amour

5 réflexions sur “Gedicht #33

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s