aux encres bleues de la nuit 
toujours plus profonde
d’un trait je souligne l’horizon du regard 
et j’étire les bras au-dessus 
et aussi loin 
que nous amène le matin lorsqu’à nos corps fourbes
il réserve les sensations d’un merveilleux
dépaysement 
car c’est surpris au réveil 
que nous embrassons les souvenirs inventés 
de toute pièce 
par une saison qui ne dit pas 
son nom sinon en murmurant le tien tout bas

Photo : Thierry Lefort, « Paysages urbains californiens », 2020 (exposition du 15 au 20 novembre à Paris).
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s