il ne faut pas faillir

jamais falloir non plus

mais faire comme il faut

bien

comme il faut c’est comment

quand rien ne convient ni

ne vient dans l’évidence

certes

s’il avait fallu vite

je volais de mes ailes

venir m’évanouir

Photo : Marc Chagall, « Fenêtre sur un jardin », 1917.

8 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #78

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s