dans l’atelier où coule le fleuve par la fenêtre
enfin tu fais figure d’artiste je dévisage 
ton air satisfait j’y devine même 
un poème
il me récite tes salutations à toi-même
comment ton souffle s’affaire pour disposer
de toi
au moment où ta chaise
esquisse un pas de danse
et tu laisses faire as-tu le choix
la phrase est là
quand elle est là celle-là tu ressembles à rien
c’est ainsi qu’elle te voulait vierge de toute pensée
et de ton sourire
elle t’habille entièrement
celui dans ton atelier quand tu me liras

Photo : Pablo Picasso, « L’atelier », 1928.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s