inspiratrice d’une vie de bohème sur la butte 
elle accompagne le peintre jusqu’à l’intimité
d’un regard complice qui vous déshabillerait
deux âmes qui parlent 
d’une seule et même 
phrase sans cesser 
chacun d’explorer ce chemin qui mène à l’autre
et vous retourne la peau à chaque battement 
de cil comme si mon cœur était bien ancré là
dans tes deux yeux
imperturbables
à mon approche
je cligne des miens offre mes veines au soleil
reprends la marche du temps vers l’éternité
et tends la main vers le hasard qu’on dit heureux

Photo : Kees van Dongen, « Fernande Olivier », 1907. (L’exposition « Fernande Olivier et Pablo Picasso dans l’intimité du Bateau-Lavoir » ouvre au musée de Montmartre le 14 octobre.)
Publicité

3 réflexions sur “Dodéca si et seulement syllabes #13

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s