fuir

partir pour rester

vivante 

déraciner le latin

la langue se perd

la muette ne crie pas 

c’est sa nature de muette

elle ne se prononce pas elle est

le féminin 

qui fait exception 

parfois

exceptionnelle même

la muette ne survole pas

ni au-dessus ni ailleurs

elle vole 

de son vivant

comme vous et moi

c’est sa nature de lettre

de sonner plus juste muette

on ne l’entend pas non pourtant

elle appelle à être lue

car par écrit oui

une fois couchée

elle dit tout et avoue

4 réflexions sur “Gedicht #25

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s