de nos mots dévoilés j’entends la démesure 
faut-il se perdre en route pour trouver son chemin 
le mien n’avait qu’un sens tu m’as délié ses langues
j’ai appris à parler 
aux oiseaux à voler 
pour me déposséder 
me perdre dans la prose

toi sais celle que j’ose quand j’ai l’amour troubadour

Photo : Ken Russell, « Troubadour », 1956.
Publicité

2 réflexions sur “Son île à elle, ses ailes à lui #99

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s