le jour s’est ouvert sur le pétale refermé 
son parfum unique m’a suivie toute la nuit
pourquoi donc la magie ne pourrait-elle durer
plus d’une saison
pour la vie 
l’éternité oui
dans les hauteurs son souvenir j’ai retrouvé 
nous avons ri marché 
nous nous sommes embrassées 
les hautes herbes ont même caché notre secret
à mon réveil le pétale s’était envolé

2 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #116

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s