le vent souffle son air curieux 

sur mon visage

je m’éveille surprise

je suis l’arbre qui a fleuri pendant la nuit 

interminable nuit obscure 

à éprouver mes racines

comme on teste les limites 

où s’étirer

le merle me parle 

du pissenlit

surprise

je parle le merle

le passage de la nuit sur moi

me trouve remplie de boutures

une explosion 

comme si le ciel avait déposé des étoiles 

sur mon bras

pour qu’il devienne aile

elle

s’envole

avec le vent

Photo : Shara Hughes, « Ungroomed Garden », 2019.

4 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s