j’escarpe la vallée et m’inspire de la plaine
mon désir a parcouru le génie de ton paysage jusqu’à la folie
je n’ai plus le vertige depuis que le ciel est à tes pieds
il fallait avoir appris à nager pour s’élever dans tes intrépides profondeurs
sonder les galets leur trouver formes et couleurs
la terre a cessé de tourner
elle s'ébroue
avant de s’essayer aux limites d’une nouvelle voie lactée 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s