elle a la vue devant elle

qui dit croire sauf qu’en vrai elle sait

et sachant qu’elle sait savoir elle préfère croire

car le doute lui offre une vue hyperbolique seule boussole

panorama classique avec devant le meilleur à venir

douter pour ne plus redouter le pire la finitude

et les morts qui n’en finissent pas de peupler

sa vue que je voudrais lui ouvrir 

avec la vie devant nous

ferme les yeux

Photo : Marc Chagall, « Les amoureux en bleu », 1914.

Une réflexion sur “Gedicht #39

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s