J’ai rêvé que je prenais le dernier virage au bout de ma course et que je regardais ma montre au moment de l’arrêter, certaine d’être à 12km au bout d’une heure, je lis 22km. C’est aujourd’hui le jour du marathon de Paris mais je ne vais pas courir les 42,195km sous peine de ne pouvoir reprendre l’entraînement comme prévu cette semaine, néanmoins j’ai tenu à aller retirer mon dossard et je serai au départ de la course à 9h41. Direction Etoile. Le bus 31 passe à 8h31, c’est le trajet en bus que je préfère de l’année, tous ceux qui montent ont un dossard et il n’y a personne ou presque dans les rues, lorsqu’on grimpe vers l’Arche de Triomphe, les coureurs convergent tous vers le même endroit en courant, en traînant, le monde entier s’est donné rendez-vous sur les Champs. J’y retrouve Marion, une coureuse du club, chose incroyable car on peinerait presque à avancer vers les sas tellement la foule est dense, c’est son premier marathon, je suis fan. Avec le recul, je suis soulagée et contente d’avoir écourté ma sortie vélo de la veille pour rentrer sur Paris après 40km depuis la gare de Brunoy, je pars donc sur des distances olympiques pour ma reprise, la logique veut que je cours une dizaine de kilomètres, à savoir l’équivalent de ma sortie trail à Meaux le dimanche précédent, j’écoute les signaux qui viennent à moi pour gérer ce temps de récupération au mieux. Le soleil commence enfin à nous réchauffer lorsque nous prenons le départ pour dévaler le long des Champs Elysées, c’est un moment magique que je n’aurais raté pour rien au monde et je suis ravie de le partager avec une future marathonienne motivée à bloc et à l’affut de son allure, nous accélérons depuis Concorde jusqu’à rue Rivoli après avoir effectué le désormais traditionnel crochet par Opéra, je lui montre la boutique R&C. Lorsque nous approchons du bois de Vincennes, notre allure est sous les 5mn au km, j’espère que Marion tiendra cette allure jusqu’au bout ou du moins ne pâtira pas d’un départ trop rapide, tout indique qu’elle est à plus qu’à l’aise, elle a trouvé son rythme. Arrivées au niveau de la Porte Dorée, nous entendons de loin la si jouissive play-list du stand des pom-pom dressée par le club pour encourager les coureurs, j’accompagne Marion jusqu’aux supporters déjà à l’œuvre et je la laisse poursuivre sa course épique. Elle finira son marathon en 3h38 et sa folle performance me donnera le sourire jusqu’au bout du week-end et définitivement envie de retourner à l’entraînement avec les autres. J’y suis d’ailleurs dès le mardi soir pour l’entraînement aux Buttes Chaumont alors que la nuit commence déjà à tomber, je viens tout juste de quitter l’été ce dimanche, l’échauffement est à peine terminé que les gardiens sifflent déjà pour nous inviter à quitter le parc pour courir autour des grilles, je m’incruste dans un groupe et je m’élance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s