J-4. Après ma dernière séance de vélo et la perte de ma cale dans ma pédale, je m’attends au pire pour ma dernière séance de natation avant de couler à pic dans la rade dimanche. Il se met à pleuvoir au moment où je sors le vélo, cette pluie fine qui dit je ne tombe peut-être pas beaucoup mais je ne vais pas cesser de tomber et m’infiltrer partout en toi, j’ai faim et je suis fatiguée, je n’ai pas la tête à rouler ni à nager, pas le moral, marre. C’est le vélo qui roule pour moi et me porte jusqu’à la gare de l’Est où je me dis que si personne du club n’est dans le wagon à vélo, je rentre chez moi, William me klaxonne. Vive les groupes Whatsapp qui permettent de s’engager puis empêchent de se défiler. Miracle, une éclaircie s’annonce au moment d’enfiler les combinaisons, j’imagine déjà un nouvel épisode de lunettes qui prennent l’eau, pas du tout. Une algue me kidnappe. J’en suis à la moitié du parcours et je pense que tous les nageurs sont devant, je me vois rester loin derrière, pieds et poings liés par une algue dont je n’arrive pas à m’extirper. Il me faut contourner l’énorme masse foisonnante pour reprendre la nage, sous le choc. On dit bien que les répétitions générales catastrophiques annoncent les meilleures prestations au moment du concert, alors j’ai peut-être une chance de m’en sortir vivante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s