écoute les pas s'éloigner 
c'est loin 
ça parvient en écho
et comment reconnaître qui marche
sinon en ouvrant les yeux en plein rêve
fais silence et viens t'assoir
tu ne peux rien dire
rêve muet
entends-tu en toi parler si fort
qu'un vinyle pourrait sillonner la lune
laisse faire le rythme comme ça
c'est toujours d'en bas que ça part
pour tout
la marche les émotions tout
si ça touche en plein cœur ouvre les yeux

Photo : Marc Chagall, "Le Concert", 1958.

4 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #135

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s