ce lieu serait une embarrassante tourbière
j’y porterais mes bois de grand cerf 
malgré toi
et je resterais là 
impassible et placide
pour éviter à tout élan de s’enliser
bien sûr tu finirais par me confondre avec 
une forêt
à la lisière de laquelle poser
tes débris du jour et le reste des racines
parfois rien ne se transforme 
c’est l’endormissement
sans trouver le sommeil 
sans non plus le chercher
tu ne sais ni compter 
ni prier 
les moutons
la chaleur de la laine tu ne la sens même plus
il faudrait avoir commencé par la lumière
cueilli les baies sauvages 
et chassé le rôdeur 
pour trouver la ressource et renouveler l’œuvre 
de la laine à toi il reste l'image d’une pelote
elle te dit qu’il y a quelque chose à tirer
peut-être
si être est l’ultime possibilité
tu as beau être le plus grand cerf 
dans le monde 
si dans ce monde le beau ne vient plus à toi
sois

Photo : Grotte de Lascaux, « Mégalocéros », il y a 18000 ans (approximativement).
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s