c’est un ciel de nuit comme lorsque l’âme s’illumine 
de mille étoiles et se pare de lucidité 
une nuit qui dit au matin d’attendre
encore
une invitation au rêve à veiller plus fort
sur l’oreiller au réveil les poussières
de lune
parlent du souvenir 
de ta voix ton sourire
au moment d’éteindre ce qui ne s’oublie pas

Photo : Edvard Munch, « Nuit étoilée », 1922.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s