fleurs et oiseaux m’éblouissent et les femmes aussi
qui chantent les couleurs 
et font fleurir le temps
pour adoucir sur terre 
toutes nos peines d’enfant
dans ma maison en gouache je coiffe ta silhouette
de rose indien bleu turquoise j’ose les émeraudes
selon la mode onirique et j’ai même le droit
de danser avec toi
toute la nuit encore
sur la péniche qui tangue
tu t’accrochais à moi
je dessine un jardin de pastèque et raisins
pour que résonne la lyre à ton couronnement

Photo : Baya, « Femmes », 1947.
Publicité

4 réflexions sur “Dodéca si et seulement syllabes #15

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s