savais-tu que derrière mes mots respire une âme
avide à un point des tiens qu’on croirait mon corps
en peluche
au moment d’ouvrir très grand les bras
sauf qu’il n’en est rien
j’ai moi la peau qui frémit
et le cœur qui saute les os qui se brisent aussi
ma phrase s’articule à mesure que je respire
justement non pas pour faire joli
la beauté
c’est toi qui l’inspire 
comme mon parfum préféré
et si je ne portais rien d’autre pour dormir
sache qu’à morphée je donnerais congé ce soir
pour dans mes bras t’endormir en te racontant
l’histoire de celle qui avait besoin d’une crème
pour se protéger des brûlures d’un regard

Photo : Henri Matisse, « Kathy à la robe jaune », 1951.
Publicité

4 réflexions sur “Dodéca si et seulement syllabes #16

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s