pour t’entendre me dire il faut plus d’une fois
pour l’entendre redire 
au moins plus de mille fois
je pourrais me laisser encore intimider 
et remplir d’une gêne dénuée de la peur
d’emblée troubler par le tutoiement imposé 
comme pour mieux rapprocher deux êtres étrangers
qui ne le seraient plus rien que l’instant d’après
qui ne feraient plus que se familiariser 
et la terre tout autour serait devenue mer
et le ciel au milieu aurait créé une île 
sur laquelle nous serions venues poser nos ailes
seules au monde et vivantes pour la première fois

Photo : Pablo Picasso et Brigitte Bardot, 1956.
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s