le temps d'un été de folie
douce
et savamment furieuse
le soleil a traversé
cet instant précieux de l'année
où tout mon plan de travail
s'est retrouvé vertical
la nuit et à l'horizontal
le jour guettant allongée
tout mouvement inspirant
depuis la lisière des forêts
là je suis restée cachée
couchant ce que j'y voyais
j'ai travesti toutes les couleurs
d'un ciel complice comme jamais
maquillant mes émotions
synthétisant la pensée
de ma cavale le soir venue
je ne veux plus me nourrir
que de figues cueillies à l'arbre
et d'eau de mer bue à la tasse

Photo : Joan Miro, "Equinoxe", 1967.

5 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #89

  1. c’est pour nos âmes qu’il faut parler debout

    nous sommes faits pour le chant de la pudeur au plus profond de l’arbre

    pour l’érection ouvrière de tout ce qui est simple au coeur des nids

    ici s’apaise l’histoire

    s’enroule et se détend émotive la fibre première qui nous pousse de l’avant

    lâche tous ses oiseaux surpris dans la fleur de tous les silences

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s