La salle était comble ce soir pour la projection en avant-première du film « Close » au Louxor, autant cela m’avait surpris pour L’innocent et Sans Filtre, mais pour cette séance j’en suis ravie. Le génie de ce titre qui signifie à la fois proche et à la fois fermé, fermé parce que trop proche. Dans la nuit de jeudi, j’ai rêvé que j’étais en apesanteur, non pas que je volais avec les bras non, je parvenais à soulever mon corps du sol et la sensation était tellement réelle que c’était à la fois vrai et totalement absurde puisque, sauf erreur de ma part, personne n’est capable de léviter. Sauf que la sensation était réellement unique, je n’avais jamais rien ressenti de ce genre puisqu’il ne s’agissait pas d’un effort physique, je n’avais ni à sauter ni même à gainer mais simplement à me concentrer, me centrer et y croire et là, il me suffit de l’écrire et je le ressens. Mes pieds décollent du sol, et je suis en train de me dire que tout cela est faux puisque je rêve, et c’est tout ils ne font que décoller du sol, disons qu’on peut glisser une paire de baskets sous les miennes, il s’est passé une bascule parce que j’y crois sans y croire et je dis Et pourquoi pas, et mes pieds décollent, tout se passe dans le ventre, je me soulève moi-même comme un haltère. En me réveillant, je ne suis même pas déçue d’avoir rêvé, la sensation est toujours là et n’a pas disparu au réveil, je ne savais pas ce que c’était de me porter et maintenant je le sais très bien. Ce même matin, je reçois un message de l’éditrice et je peux enfin mettre un nom, un prénom, parfois il faut savoir insister et me voilà en train de soulever tous les espoirs à moi toute seule, plus tard j’apprends que ma candidature pour être bénévole aux épreuves de triathlon sur les Jeux Olympiques de Paris en 2024 a été prise en compte et que j’aurais un accès prioritaire, enfin et je reçois la confirmation de mon transfert pour l’Ironman full distance de Vichy, enfin. Et là non plus je ne sais pas vraiment ce qu’il se passe alors que je commençais à m’enfoncer dans l’arrière-saison et préparer le terrain de l’hiver, je sors courir à jeun et je reprends un abonnement aux piscines de Paris pour nager tous les midis, et sans m’être concertée avec moi-même par-dessus tout, voici que je m’inscris à la salle de sport pour ajouter pilates et stretching. J’ai même droit à une visite du lieu et de ses machines à torture dont j’apprends que les trois que je connais déjà par cœur seront à nouveau mes meilleures amies pour atteindre l’objectif, celui pour lequel je sens bien que mon moral s’est gonflé à bloc, pour autant tout reste à faire. La visite culturelle du musée de Montmartre, je la passe essentiellement en extérieur tant les jardins d’Auguste Renoir me semblent familiers, je profite de tous les bancs, de toutes les vues. Je n’avais plus investi la butte depuis si longtemps, ayant exploré d’autres quartiers très proches, je retrouve le coin où je me posais il y a vingt ans et j’y retourne dès le lendemain et le jour d’après pour écrire, travailler mon triptyque autour du mélange des genres, rester en apesanteur. Je fête aujourd’hui les six ans de mon blog, je n’avais à cette époque encore rien envoyé à personne, je n’avais rien à envoyer et ma première nouvelle serait publiée deux mois après, à cette époque je ne pratiquais pas encore le triathlon et je m’inscrirais l’année suivante aux Front Runners pour ne plus courir seule et préparer le marathon des Gay Games de Paris coachée, enfin je n’avais plus écrit de poésie depuis très longtemps, ou alors très épisodiquement, j’en lisais trop peu aussi alors que j’en ai à portée de main dans ma bibliothèque, tout était possible.

Photo : Max Ernst chez Peggy Guggenheim à New York devant un plâtre de Giacometti, 1942.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s