c'est quand le sucre fond
tu sais et tu souris
il se dissout dans une succulente lenteur
son écume envahit de douceur ton soupir
le territoire de mes bras jusqu'à ma poitrine
comme le soleil embrasse la baie et la réchauffe
on dit que répéter les mots les rend réels
c'est pour toi aujourd'hui toute cette douceur
la solitude qui caramélise l'ordinaire 
et ça crépite sous la langue pour que tous les mots
les tiens
ceux d'aujourd'hui qui s'ouvriront demain
mûrissent des parfums de promesses
d'abandon  
les ailes du papillon clignent et se posent ici

Photo : Pablo Picasso, "Buste de femme et autoportrait", 1929.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s