un bémol à la clé 

m’embarrassait le gosier 

un rossignol s’est approché

en un rien 

deux temps 

trois mouvements 

d’une symphonie aphone 

m’en voilà libérée 

je m’envole avec lui

c’est le grand remue-méninge 

d’un printemps héroïque

Photo : Aki Kuroda, Estampe.

5 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #24

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s