un poème tombé à terre 

comme une pomme 

si je le ramasse me nourrira-t-il

la pomme si

le poème si je le lis

c’est moi qui tombe à terre

ou amoureuse

selon

une pomme cueillie à la branche qui dépasse

m’inspirera-t-elle 

les racines de son arbre

le poème si

ses mots 

leur origine

l’origine surtout

comme si j’arrivais en avance

à l’intention voulue plus tard

des siècles après parfois

la pomme je la cueille 

elle s’oublie

et moi avec

le poème non

je le retiens

Photo : Joan Miró, « Le soleil rouge ronge l’araignée », 1948.

12 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #1

  1. Marrant cette analogie entre un fruit et un poème mais bien sûr c’est évident que l’on peut se nourrir de tant de choses…de pain, d’amour, d’idées positives, de mots…et puis d’abord le poète prend son inspiration partout…Bravo.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s