dix doigts dans la prise

dis-toi que c’est mieux

que d’être avalé 

tout entier d’un coup

par plus inspiré

plus vorace que toi

les mots sont tension

et veulent l’attention

de ton âme à perte

jusqu’à la décharge

l’électricité

parcourt tout ton corps

t’envole et

te lâche

tous ses papillons

Photo : Joan Miro, « Acrobate au jardin de nuit », 1948.

12 réflexions sur “Le pain, la pomme et les poèmes #39

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s