Clignancourt #23

Retour à la case départ. Deux mois et plus d’une dizaine de jours que je n’avais pas couru et je dois redoubler d’effort pour me remettre à niveau, retour à la case départ mais sur de nouvelles bases assainies, des étirements très ciblés, un plaisir plus précieux. Mon parcours de la semaine évolue lui aussi sans que je ne l’ai forcément décidé, simplement l’idée de faciliter la reprise en misant au maximum sur un trajet linéaire qui éviterait les rues commerçantes, virages et autres obstacles, m’incite à poursuivre ma course sur le boulevard des Maréchaux en traversant systématiquement pour traverser si jamais les feux de circulation venaient à freiner ma progression, tout devient un jeu. Je poursuis au-delà de la porte de Clichy et je découvre les ateliers Berthier, la seconde salle du théâtre national de l’Odéon dans un ancien entrepôt, il y aurait même un bar. Après le 6e arrondissement, c’est ensuite au tour du 8e de s’inviter dans ma course avec l’Opéra national de Paris qui semble profiter d’une antenne loin des grands magasins. Enfin, le cinéma les 7 Batignolles vient aussi à ma rencontre au détour d’un regard. Jamais je n’avais envisagé faire autant de découvertes sur ce boulevard quasi autoroute. Et le 9e kilomètre est atteint en fin de semaine en ayant scrupuleusement respecté les paliers de progression au fil de la reprise et les sensations sont chaque fois meilleures. Les bars et les salles de cinéma, pas plus que les piscines, n’ouvriront à nouveau cette année, alors je n’ai plus d’excuse pour ne pas me mettre activement sur home-trainer et pédaler jusqu’à ce que mon cœur lâche ses rêves de routes infinies à l’horizon dégagé.